Découverte de la Skywatcher 80-600ED version Black Diamond

Après avoir longtemps hésité, avoir des heures durant admiré les photos sur le site http://www.photo80ed.com , vous souhaitez vous aussi vous lancer dans l’aventure de la prise de vue terrestre avec lunette astronomique ?
Mais peut-être avez-vous parcouru la toile à la recherche d’informations sur les différentes lunettes disponibles et la manière de les mettre en œuvre … recherches peut-être infructueuses ?
Dans cet article vous trouverez un descriptif de la lunette Skywatcher 80-600ED en coffret version T41B, aussi appelée « Black Diamond ». Vous y trouverez aussi les éléments qui permettent de l’utiliser en application photographique.
Première partie : le contenu du coffret T41B
Le contenu exact du coffret est parfois difficile à connaître précisément sur les sites de vente en ligne !
Le descriptif ci-dessous est établi en avril 2010.
La version Black Diamond est commercialisée dans un coffret aluminium. La valise semble assez solide pour garantir quelques années de manipulation sans problème particulier.

A l’ouverture du coffret on découvre le contenu suivant :

Tout d’abord la lunette

C’est une 80-600 apochromatique dont les détails techniques sont disponibles un peu partout sur le web.
On ne va pas revenir là-dessus.
La peinture noire métallisée fait un peu bling-bling, mais la qualité globale de fabrication n’appelle aucun reproche particulier. L’ensemble parait robuste. Les colliers de fixation et la platine permettront le montage sur trépied photo (ou monture astronomique bien sûr)

La mise au point (MAP) de la prise de vue se fera entièrement en manuel à l’aide des molettes visibles ci-dessous.
La molette grise permet une MAP rapide et la molette noire une MAP plus fine, car le mouvement du crayford sera démultiplié par 10.

Le chercheur 9x50
Cet élément ne servira qu’en astronomie afin de pouvoir orienter plus facilement la lunette vers l’objet céleste désiré.

Le montage est le suivant :

Le renvoi coudé Il sert au montage de l’oculaire sur la lunette pour l’observation astronomique.
Il servira donc aussi à la photographie en mode afocal, c'est-à-dire la photographie à travers un oculaire.
Le mode afocal est pratique lorsqu’on ne dispose pas d’un appareil photo reflex, mais seulement d’un compact. Il est aussi appelé digiscopie.
La mise en œuvre du mode afocal ne sera pas décrit dans cet article.

Voici le renvoi coudé monté sur la lunette :

L’oculaire

Celui qui est livré avec le coffret T41B est un 28mm (c.à.d. de focale 28mm). Il délivre une image très correcte en visuel.
Il est au coulant de 50,8mm.
Petit aparté : c’est quoi le coulant ?
Ce terme barbare désigne simplement le diamètre standard des pièces utilisées en matériel astronomique.
Il faut donc se familiariser avec ces tailles afin de faire le bon achat et d’être sûr que les différentes pièces vont pouvoir se monter sur votre propre matériel.
Le coulant de 50,8mm est aussi appelé 2 pouces (noté 2˝). Il indique simplement que la fixation est faite via une pièce mécanique de 50,8mm de diamètre (la pièce chromée de l’oculaire ci-dessus). L’autre standard très répandu est le coulant de 31 ,75mm aussi appelé 1,25 pouce (noté 1,25˝).

Sur cette photo on voit un oculaire de 2 pouces et sa bague d’adaptation de 1,25 pouce
Quel coulant choisir ? Pour les utilisateurs de reflex numériques dont le capteur est au plein format 24x36 il est préférable d’utiliser le coulant de 50,8mm pour tous les éléments.
En effet le coulant de 31,75 mm risque d’engendrer des phénomènes de vignettage. Pour les autres appareils réflex à plus petit capteur, le format 31,75mm semble être suffisant dans tous les cas. Cependant, par mesure de précaution, il est préférable de prendre des éléments au coulant de 2 pouces en cas de doute.
Il est à noter que la lunette est prévue pour un montage au coulant de 50,8mm. Le renvoi coudé possède cependant une bague d’adaptation au coulant de 1,25 pouce.

L’adaptateur photo

Dernière pièce du coffret, elle sert à disposer d’un filetage de 42mm au pas de 0.75mm à la sortie de la lunette pour pouvoir y fixer l’appareil photo reflex.

Deuxième partie : la mise en œuvre pour la photographie
Cette partie va décrire les premiers pas pour une utilisation de la lunette en photographie terrestre.
Seule la mise en œuvre d’un appareil reflex sera décrite. On parle alors de photographie « au foyer ».
La première étape, pour un minimum de confort lors du 1er montage, c’est de mettre la lunette sur un trépied photo.
Pour cela, c’est simple, il suffit de visser votre plateau de trépied sur la platine de la lunette comme ci-dessous :

Maintenant une question préalable : le coffret T41B est-il suffisant pour démarrer la photo ?
La réponse est : non ! Il manque un élément indispensable pour le montage de votre réflex : c’est la bague T2. Elle permet l’adaptation entre la mécanique du reflex et celle de la lunette.
On la trouve entre 20 et 30€ sur le net.
Dans les photos suivantes, on voit la bague T2 pour canon EOS, ensuite la vue éclatée 400D+T2+adaptateur photo fourni avec la lunette, et enfin le montage de l’ensemble :

On peut enfin monter le tout sur la lunette !

Il est important de signaler que tout ceci pèse son poids ! Un trépied ou un monopode de bonne qualité est donc indispensable pour envisager une sortie nature. Le trépied ci-dessus par exemple, est un bas de gamme de grande surface ; et il faut se rendre à l’évidence : rien que les mouvements de l’air provoquent un mouvement de la lunette. Inutilisable ! Votre budget de départ devra nécessairement inclure un support stable.
Alors, qu’est-ce que ça donne ?
Et bien pas grand’ chose à ce stade : la mise au point n’est possible que presque à l’infini !
Je m’explique : pour faire le point vers l’infini, il faut rapprocher l’appareil de lunette comme ci-dessous :

Au contraire, pour une mise au point rapprochée, il faut éloigner l’appareil de la lunette. Le tube du crayford sort de la lunette, mais sa longueur maximale est la suivante :

Et là c’est une déception : l’image reste floue sur une énorme distance et ne devient nette que si l’on vise loin … très loin.
Il faut donc encore prévoir l’achat d’accessoires qui vont servir à l’allongement du tirage, c.-à-d. éloigner l’appareil photo de la lunette.
Pour ce faire, on dispose de 2 armes : le tube allonge astronomique, ou les bagues allonges photographiques !

On peut même empiler le tout (noter la présence de la T2 entre les bagues allonges et le tube astro )

Vous l’aurez compris, avec un tel empilage, la mise au point rapprochée ne pose pas de problème ! Dans le cas extrême ci-dessus, on peut faire la MAP à 3-4 mètres.
Reste à savoir si vous êtes capable d’approcher un oiseau à cette distance ! Mais à l’inverse, dans ce cas, la MAP à l’infini devient impossible.
Pour être plus raisonnable, l’empilage des bagues allonges + bague T2 + adaptateur photo fourni avec la lunette permet une MAP de 6m à l’horizon.

Cela devrait convenir à presque toutes les situations.

Le gros avantage des bagues allonges, c’est qu’elles pourront servir en macrophotographie.
L’inconvénient c’est leur coût ! Les célèbres bagues Kenko sont proposées aux alentours de 200€ Pour les bagues visibles dans la photo ci-dessus, c’est environ 90€ livrées à la maison.
Elles permettent de conserver les automatismes avec l’utilisation d’un objectif photo.
Notez que les tubes allonges astronomiques existent en différentes longueur. Il en existe même certains à longueur variable.
L’avantage c’est leur cout faible comparé aux bagues allonges.
Voilà, vous savez ce qu’il faut savoir pour débuter avec cette lunette. Mais tout ne peut pas être écrit et rien ne remplacera votre propre expérience ! Pour vous donner une idée des images qui peuvent délivrées par cette lunette, rendez-vous sur le web et notamment http://www.photo80ed.com, le site de référence !

Cellosolo le 02 avril 2010.